24/05/2017

L'Allemagne, à l'origine de "notre" régionalisme

 

ALLEMAGNE ET REGIONALISME

 

 

Jo Gérard, Les Allemands ont inventé le séparatisme belge, in: LB, 19/09/1996

 

L’ambitieux plan de von Bissing

 

Le général Von Bissing est, en 1917, le gouverneur militaire de la Belgique occupée.  Un homme d'une inexorable sévérité envers nos résistants qu'il fait fusiller sans merci.  Le 6 avril 1917, le génèral von Bissing adresse à Guillaume II le programme complet du séparatisme qu'il veut infliger à notre pays.  Voici le texte intégral et saisissant de cette lettre :

 

“ Conformément aux indications de Votre Majesté, j'applique toute mon énergie à développer le plus rapidement possible la politique flamande (Flamenpolitik) ordonnée par Votre Majesté.  Après m’être entendu sur les mesures à prendre, le 17 du mois passé, avec le représentant du chancelier, le secrétaire d’état à l’intérieur, j'ai institué une commission qui doit préparer la division de l'ancien royaume de Belgique en partie flamande et partie wallonne.  Comme premier pas, j'ai, d'après l'avis de cette commission, divisé, par ordonnance du 21 écoulé, le territoire du gouvernement général en deux régions administratives, une flamande et une wallonne.  En prenant pour base la limite linguistique, ces deux territoires sont bornés par les frontières des provinces et il n'y a que le Brabant qui sera divisé en deux.

 

A mesure que l'avancement des travaux le permettra, les ministères wallons seront transférés à Namur,tandis que les Flamands resteront à Bruxelles.  Suivant nos prévisions, on commencera par le déplacement du ministère wallon de l’Industrie et du Travail à Namur.  Dès maintenant, on prend des mesures pour trouver des locaux à Namur. La séparation des ministères sera suivie d’autres mesures de séparation.  Il convient de signaler particulièrement l’organisation judicidire.

Aux mesures de séparation des autorités belges se joindra la nomination de deux chefs d'administration allemands, pour la Flandre et la Wallonie, et cette désignation va même se faire, dès maintenant.

 

Les espérances fondées sur la création d'une Flandre délivrée de l'influence des Wallons seront, espérons-le, réalisées et serviront alors certainement les intérêts allemands.

 

Je me permets cependant, d’ajouter qu'il ne serait pas bon d'abandonner à son sort la Flandre délivrée de là domination de la Wallonie, ou encore de la considérer comme un objet de marchandage dans les pourparlers de paix qui sont imminents.  Si lEmpire allemand n’y prend garde, le sort de la Wallonie sera celui d'un ennemi de l'Allemagne,entièrement francisé.  Une Wallonie rendue à l'inf7uence française deviendrait automatiquement un instrument de domination anglaise et servirait de prétexte aux visées anglaises sur les côtes de la Flandre.

 

L'extension de la puissance allemande et de l'influence allemande en Wallonie ne me paraissent pas moins importante qu'en Flandre.  Economiqu'ement, la Wallonie vaut même plus pour l'Allemagne que la Flandre, à cause de son industrie, en particulier à cause de ses charbonnages que j'ai maintenus en pleine activité.  Assurément, la valeur économique des Flandres grandira considérablement lorsque les trésors en charbon de la Campine seront exploités.  Il fàut montrer, en outre, qu'il y a entre Flamands et Wallons beaucoup de relations économiques qui doivent continuer après la séparation, si l'on ne veut pas que tous deux, ou au moins l'un des deux, ne subissent des dommiages. La population wallonne est plus facile à manier et à diriger que la flamande. Les Flamands sont naturellement plus lourds et plus enclins à la résistance.  Les  Wallons sont plus légers et, s’ils gagnent beaucoup, s’ils ont quelques avantages sociaux, s'ils peuvent jouir de la vie, ils sont faciles à gouverner. En conséquence, je considère comme un devoir envers Votre Majesté et envers la patrie de faire remarquerqu’il faut avoir soin de conserver une Wallon'w' bien organisée à côté d'une Flandre bien organisée.

 

 

EBRANLER L'ARMEE BELGE

Le séparatisme appliqué par von Bissing fait partie d'un programme dont l'exécution est

systématiquement voulue  par les plus hautes autorités du Reich.  Dès le 7 mars 1917, le

chancelier van Bethmann Hollweg écrivait au maréchal Hindenburg: “Les intérêts allemands

que nous poursuivons avec cette politique. apparaissent clairement.  Le sort de la Belgique

dépend du succès final de nos armes.  Quoi qu’il arrive, une Belgique dont l'organisation

intérieure est séparée et dont la majorité flamande est délivrée de la domination de la

minorité wallonne, orientée vers la France, sera plus aisément rendue utile aux intérêts 

allemands que l’Etat belge dans sa constitution actuelle.

 

(...) Le 7 février 1918, (...) Ludendorff,écrit au chancelier de l’Empire: “Je me permets

d'envoyer à Votre Excellence la copie d'un mémoire de l'amiral commandant le corps de

marine, traitant  de la politique flamande.  L'amiral Schröder, qui est depuis plus de trois  ans, en Flandre, doit indiscutablement être considéré comme une personnalité à même de juger de la question flamande.  Je ne puis que prier à nouveau Votre Excellence de fa voriser., par tous  les moyens, l'opposition entre Flamands et Wallons, afin d'ébranler le moral et, pàr là, la force combative de l'armée belge composée de plusieurs divisions. Le gouverneur général, Freiherr von Falkenhausen (1), me fit savoir, qu'il considère comme un réel renforcement de la cause flamande en ce moment la réception de ses chefs par Votre Excellence et l'assurance que Votre Excellence est disposée à maintenir les buis du chancelier précédent, et à protéger le. caractère propre du peuple flamand, qui nous est apparenté, contre l'oppression des Wallons et des Français.  Dans l'intérêt de l'action militaire, je serais tout spécialement reconnaissant à Votre Excellence si elle pouvait se résoudre à agir dans ce sens. »

 

 

(1)     Il avait succédé au général,von Bissing, mort à la fin de 1917, comme gouverneur militaire de la Belgique occupée..

08:51 Écrit par Better for Belgium: 9 provinces | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.